Christian Chang

Christian Chang

Artiste plasticien
Basé à Paris, FR

Alliant le travail de la matière et du volume aux gestes du céramiste pour tirer parti de la qualité polymorphe de l’argile, je tente d’apporter une empreinte émotionnelle à mes créations par une approche haptique et rechercher un équilibre du trinôme composition, structure et matérialité, entre art et artisanat.
Mon travail se situe au croisement de l’esthétique de la catastrophe et de la mélancolie. La dimension temporelle y est essentielle, faisant écho à la lenteur des processus naturels. C’est à partir d’une palette de couleurs épurée que je construis une partie de ma recherche formelle entre érosion et recouvrement afin de mettre en avant l’état brut, primitif et naturel de la matière, libérer ses propriétés intrinsèques et stimuler son immuabilité pour servir la métamorphose du vivant vers le non-vivant ou le basculement entre réalité et imaginaire. Ma pratique est axée sur l’objet sculptural et fonctionnel ; elle cherche à questionner notre rapport à lui et ce qu’il peut provoquer, pour affirmer sa présence et placer les textures et le traitement de surface au cœur de mon expérimentation. Ainsi, je collectionne des objets naturels ou que je fabrique pour créer des textures.
L’inspiration émane de la vie quotidienne, comme un premier contact, naïf, avec le monde en mutation qui régule nos affects et une réflexion sur la relation humain-nature. C’est finalement une manière de recueillir des observations qui seront par la suite retranscrites en un vocabulaire plastique en vue de livrer un récit sur notre époque et sonder les rapports organiques que nous pouvons entretenir avec notre environnement, et inversement.

Processus
L’ensemble de mes objets est fabriqué à la main à Paris, les matériaux employés proviennent  autant que faire se peut  des environs, et tout est cuit dans mon atelier. Les procédés utilisés prennent du temps, c’est pourquoi chaque objet est mis en forme sur plusieurs jours. En incluant le modelage, les cuissons et l’émaillage, le processus prend 2 à 3 semaines. Chaque pièce est unique et fait l’objet de beaucoup de considération et de soin. Bien que la plus grande attention soit apportée à toutes les étapes du processus, le matériau « argile » reste imprévisible et des imperfections peuvent apparaître.

Photo : © Audrey Amsellem

Master Arts Plastiques et Pratiques Contemporaines, 2019
Recherche : Esthétique de la catastrophe et fabulation de l'apocalypse : pour une mélancolie revisitée
Licence Arts Plastiques, 2017

Sophie Barreau
Caroline Letoriellec

Elaboratory project space